Complexe

Publié le par Mlle Citron

Complexe

J'ai passé toute mon adolescence à être complexée par mon visage et mon corps: trop de boutons, cuisses trop grosses, trop petite, sourcils trop broussailleux, etc. Bref, je ne me suis jamais sentie belle pendant mes années collège et lycée.

Et puis est arrivé l'âge adulte, où je me suis acceptée telle que j'étais, ni plus belle que les autres, ni plus moche non plus. Ce fut long et laborieux mais j'y étais arrivée.

Et voilà qu'un fichu cancer remet tout en question!

J'ai l'impression d'avoir perdu un peu de mon identité féminine avec cette opération et donc de confiance en moi.

Mon sein est déformé, il y a une asymétrie de volume, une dépression au niveau de la lésion enlevée et une modification de la position et de la forme de l'aréole.

Quand il a fallu aller chercher mon grand petit citron à l'école, j'ai essayé un, puis deux, puis trois, puis quatre, puis cinq puis encore pleins d'autres hauts, sans en trouver un seul qui convienne à ma nouvelle silhouette.

Et ce qui est le plus dur à accepter, c'est que je ne suis qu'au début de cette atteinte dans ma féminité.

Commenter cet article

Ghislaine 23/03/2014 11:57

Le corps à vivre.
Permettez Mlle Citron, vous qui nous donnez tant de votre espace intime que je vous ouvre le mien. La nature m’a dotée de seins généreux, de beaux seins que les hommes ont regardés, envisagés, aimés. Jeune, je les choyais parce qu’ils étaient, pensais-je, cette partie de charme de mon corps, lieu incontournable de ma séduction, de ma féminité. Une amputation à votre âge m’aurait sans doute entraîné dans une dépression.
Quand j’ai été mère ces seins offerts à la maternité m’ont donné une autre conscience. Ce désir de seins tant pour les hommes que pour les femmes n’ont qu’un langage spatial, celui du retour à la mère, à la naissance, à l’instant où « l’être » crée son « égo ».
Avec le temps, l’âge nous apprenant que le corps épouse notre histoire de vie, nous avançons vers une source plus profonde, mystérieuse, intérieure, que l’on désigne d’un mot vague l’intériorité. Or cette intériorité est l’intimité, la profondeur, l’âme, la vraie beauté de notre être. Elle déplace le centre de notre « moi » vers ce qui nous environne, « l’autre » qui nous construit et qui revêt multiples formes. Ces passages nous mènent de cette chose de la petite enfance qui est en soi vers le monde adulte jusqu’à cette vérité, devenir un homme ou une femme…
La maladie grave (j’ai vécu à 12 ans, trois ans de sanatorium avec une tuberculose qui a gagné plus que mon poumon à une époque où l’on n’en mourait encore) ne nous laisse pas grandir. Elle bouscule l’ordre des choses. Elle nous place en face de notre destin, la fin de vie, nous privant du temps à l’accepter. Elle accapare notre intériorité la transformant en source bouillonnante où les tempêtes du dehors, les gestes et actes d’amour n’ont plus prises. Nous cherchons dans le refuge, l’isolement de soi, la rupture, le calme et le silence. Cet état n’est pas de faiblesse, il nous permet de retrouver la parole, celle qui s’énonce, celle qui quête la guérison. Un jour, vous finirez par accepter qu’il n’y ait plus de retour pour retrouver ce sein. L’existence reprendra son essor.
L’essentiel est de savoir que nous sommes aimés, entourés. Votre salade de fruit est source de vitamines. M. Citron et vos trois petits citrons sont la mélodie harmonieuse, la musique de votre vie. Selon Marcel JOUSSE, anthropologue du geste : « la musique est un art raffiné du corps, une sorte de « jardin de caresses » En l’écoutant, nous apprenons à lâcher prise, accepter, à se laisser bercer, envahir… Pour l’esprit et le corps ce balancement vaut mieux qu’une attitude conquérante et active.
Bises. Mlle Citron

Mlle Citron 23/03/2014 21:18

Merci à vous de partager à votre tour un peu de votre intimité!

Hélène 21/03/2014 16:57

Je suis d'accord avec Delphine, ce sera long peut-être mais après la reconstruction, tu te ressentiras de nouveau bien mieux. Dis-toi que ce n'est qu'un passage. Et puis si je peux me permettre, entre nous, je ne suis pas certaine qu'avant, tu n'étais pas plus moche que certaines (dont moi bien sûr, et principalement d'ailleurs) ;-))) (et pour ceux qui se diraient que je ne suis pas sympa, je sais que Dao appréciera ma petite blaque, elle a l'habitude!) Bisous ma Dao

Delphine (des Adrets ;) ) 21/03/2014 12:05

Tu y arriveras à accepter ton corps de nouveau, tu l'as déjà fait une fois et tu vas y arriver. Bien sûr je ne dis pas que ce sera facile et rapide mais je suis sûre que M Citron t'aidera... Aies confiance en toi et n'oublie jamais que pour les 3 petits citron tu seras toujours la plus belle des mamans !!!
Bisous printaniers (avant le retour de l'hiver!)
PS : comment va Mr Grey ?

Mlle Citron 21/03/2014 15:39

Merci Delphine! Et puis si tu as l'adresse de M. Grey, n'hésite pas à me l'envoyer ;-)