Morte de trouille...

Publié le par Mlle Citron

Un peu plus de 2 mois après l'annonce de mon cancer, je commence enfin la chimio demain. Je suis contente de commencer enfin le traitement mais j'avoue être morte de trouille!! Malgré tous les témoignages que j'ai pu lire, c'est difficile de savoir comment je vais réagir au traitement, si notre quotidien va réellement changer ou si ce ne sera qu'une mauvaise "grippe" à subir toutes les 3 semaines.

J'avais prévu énormément de choses à faire avant de commencer et comme toujours, je n'en ai pas fait la moitié! Malgré tout, je suis à peu près à jour dans mon repassage, j'ai fait la moitié des vitres de la maison et j'ai commencé mes premiers semis.

Et puis j'ai enfin pris le temps de réaliser les recettes de ma salade de fruits, ce qui me donnera des forces pour les jours à venir!

Morte de trouille...Morte de trouille...
Morte de trouille...Morte de trouille...

J'ai donc fait

  • L'Oeuf de Pâques à la mousse au chocolat et poire de Jolie Poire que les petits citrons ont bien appréciés. Il n'y a que tout petit citron et papa citron qui n'ont pas voulu en manger
  • Le Trio exotique d'Ananas Kiwi que nous allons déguster ce soir

Et comme j'étais lancée, j'ai fait en plus une grande salade de fruits, juste pour vous faire un petit clin d'oeil!

De gros bisous à ma grande salade de fruits

De gros bisous à ma grande salade de fruits

Je m'excuse auprès de Miss et Mister Kaki, car je n'ai réussi à trouver de kaki ni de pâte de coing mais promis, je garde la recette sous le coude quand ce sera de nouveau la saison!

 

Sinon, ça y est, j'ai coupé mes cheveux tout courts, j'ai récupéré ma perruque et j'ai commandé deux autres foulards sur Amazon. Je suis donc équipée pour perdre mes cheveux, même si je pense que ce sera une des prochaines étapes les plus pénibles. Couper les cheveux que j'avais laissé pousser en vue de notre mariage a été assez pénible et je tiens à remercier notre coiffeur qui a été tellement gentil et humain pendant cette heure difficile. Je ne dirai pas la même chose pour la personne qui m'a vendu la perruque (institut Uvili à Moulins, qui n'a d'institut que le nom...). Elle n'était là que pour vendre sa perruque, pour la coquette somme de 579€, et le shampoing spécial perruque à 15€. Je lui avais demandé un kit pour les sourcils, kit qui comprend 3 pochoirs et de quoi les dessiner et elle voulait me le vendre 30€! Je lui ai donc demandé de sortir son kit sourcils du sac et je lui ai souligné que le cancer n'était pas un choix pour moi et qu'elle n'était donc pas obligé de s'engraisser sur mon dos... Vlan, c'était dit et ça m'a fait du bien parce que je ne l'ai trouvé ni humaine ni commerçante!

Enfin, j'ai récupéré mes médicaments à la pharmacie, pour faire face aux éventuels (qu'est que ce serait bien s'ils ne restaient qu'éventuels!) effets secondaires. Du coup, j'ai vidé la pharmacie... Les nausées, aphtes, constipations et douleurs gastriques n'ont qu'à bien se tenir!

Parée pour la première séance de chimio!

Parée pour la première séance de chimio!

Ma dernière grande incertitude et inquiétude concerne la réaction des enfants face à cette chimio. La semaine a été difficile, particulièrement avec notre grand petit citron, qui ne réagit pas aussi bien que je le pensais face à la maladie. Elle était en colère, et même si je sais que cette colère n'était pas dirigée spécialement contre moi, je me suis sentie tellement impuissante et malheureuse. En plus, elle refuse de nous parler et quand je lui ai demandé de m'écrire ce qui la chagrinait, elle m'a écrit "Ton cansère maman". C'est dur de voir son petit citron aussi désemparé, aussi bien à la maison qu'à l'école (et oui, la maîtresse m'a dit qu'à l'école aussi elle exprime sa colère). Avec le recul, je suis contente qu'elle ait tiré la sonnette d'alarme parce que depuis, on a parlé et avec l'aide de tata citron, je trouve qu'elle a retrouvé sa joie de vivre.

Avec notre deuxième petit citron, c'est paradoxalement moins difficile, peut être aussi parce qu'elle hésite moins à me parler et à me poser des questions. Un matin, elle m'a dit qu'elle avait rêvé que j'étais morte et qu'elle était triste! Là aussi c'est dur à entendre de la bouche de notre petit citron de 5 ans mais ça lui a permis de parler sans détour de ce qu'il lui faisait le plus peur dans la maladie.

Quant à notre tout petit citron, il est trop petit encore pour s'exprimer sur ce qu'il appelle non pas le cancer mais "l'hôpital". En revanche, son comportement est plus difficile les lendemains d'hôpital justement.

Pour conclure, je suis contente d'aborder cette nouvelle étape de la maladie demain, malgré cette boule au ventre que je pense légitime! Alors je vous dis à très bientôt!

Commenter cet article

Hélène 16/04/2014 16:07

Je ne comprends pas, je suis venue voir à plusieurs reprises sur ton blog entre lundi et mardi et je n'ai pas vu ton post! On attend vite de tes nouvelles en espérant que ça ne va pas trop mal. Gros bisous et plein d'ondes positives

Ghislaine 16/04/2014 10:00

Les voici les épreuves difficiles, celles qui nous font passer par tous les états, tous les sentiments. Hanh Dao, il va falloir pourtant les traverser, passer dans "l’œil du cyclone"; accepter la souffrance comme une injustice ; accepter ces soins douloureux ; trouver la motivation ; abandonner l'amertume, faire de ce combat un temps de réflexion pour quêter la guérison. Car la quête du bonheur est à ce prix... Les incertitudes jouent un rôle majeur dans notre vie, surtout quand elles nous confrontent au pire, à la mort. Il faut bien le prononcer ce mot que nous réfutons tous comme si nous étions des êtres éternels ! Un refus hypocrite qui nous conduit à perdre du temps à pleurer sur nous-même au lieu de le vivre intensément : ajourd'hui, ici et maintenant. Quand nous devenons vieux, nous en prenons conscience. Hélas ! Conscience tardive qui nous empêche de vivre pleinement l'instant présent avec son pesant ou son léger. La maladie éprouve nos capacités, notre énergie, notre relationnel, même avec nos proches. Hanh Dao, vous semblez apprécier les choses simples, la nature, la famille, les amis. Vous savez par essence qu'en période de grisaille l'amour permet d'entrevoir les rayons de soleil. Appuyez-vous sur cet amour déversé par votre entourage, du plus proche au plus éloigné. Glaner les fruits de votre salade, ils sont les fruits de la persévérance, le "médoc" pour vous aider à vous détacher de vos ressentis douloureux les plus coriaces. Vous aider seulement... la guérison vous appartient. Videz votre sac sur ce blog. Autorisez-vous tous les écarts et une liberté sans limites pour exprimer toute la douleur, les doutes qui vous envahissent (aussi les surpassements, les victoires) Nous sommes bourrés de vitamines pour dynamiser vos délires ! Nous sommes votre armée de pépins et de sucre. Ne faut-il pas un mot de ralliement pour lever une armée ? A vous de nous le trouver... Bises et courage.

Céline 15/04/2014 21:51

Nous sommes avec toi, courage gros bisous à toute la famille citron

delphine 15/04/2014 18:07

Mort de trouille ça irai mieux!

delphine 15/04/2014 18:06

Plein de courage,nous aussi nous serions peur de trouille.bises