Marre...

Publié le par Mlle Citron

  • Marre de ces nausées

  • Marre d'être malade

  • Marre d'être fatiguée

  • Marre de ne pas être capable de m'occuper de mes petits citrons

  • MARRE DE CE FICHU CANCER

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

delphine 08/05/2014 20:40

Courage! courage! Courage......bises

Mlle Citron 12/05/2014 09:44

Merci! Bisous

Ghislaine 08/05/2014 11:23

Ouvrez vos oreilles Hanh Dao, même si j’ai envie de vous prendre dans les bras pour vous consoler (je suis sûre que votre maman, les êtres d’amour qui vous entourent le font mieux qu’une presque inconnue) je ne vais pas vous écrire courage, combattez, vous allez moins souffrir, c’est une étape, viendront après de meilleurs jours…
Oui, c’est une étape déjà vécue que vous allez revivre parce que l’avez décidée pour guérir. Accrochez-vous à cette volonté, seulement à cette volonté. Le guerrier ce n’est pas celui qui combat la maladie, c’est celui qui passe à l’action. L’action ne demande pas de prendre les armes, elle demande de transformer et à vous lire, je sais que vous le savez déjà. Et je vous dis cela d’autant plus que je sais par expérience que l’on ne guérit pas d’une maladie grave en la combattant de front, mais en l’acceptant comme un instant de vie, de sa vie qui n’appartient qu’à soi, pas aux autres et que nous devons l’aimer parce qu’elle est notre existence présente. Ne la maudissez pas, vivez la…
Vous allez donc noyer dans la mare (pas dans les « marre ») cette colère exprimant le sentiment de culpabilité. De quoi donc êtes-vous coupable ? D’un traitement douloureux mais incontournable ? D’une incapacité à faire quand le repos est une nécessité ? De n’avoir pas la force de combattre un mal invisible qui dévore votre corps et votre esprit ? Qui vous demande d’être en colère contre vous-même ? Certainement pas ceux, au plus proche de vous, qui vous procure aide et gestes d’amour. Savez-vous combien de personnes meurent sans jamais savoir comment elles ont été fort aimées ?
Je n’ai pas envie de pleurer avec vous, plutôt de vous offrir un extrait de ce très beau témoignage de Johanne Ledoux, auteur du livre « Guérir sans guerre » (éditions Ariane) (ne l’achetez pas, je vous l’envoie) :
"En parcourant la rubrique nécrologique, on apprend le plus souvent que c'est après une longue bataille ou un courageux combat que meurent les personnes atteintes du cancer. Aussi, lorsque j'ai appris à mon tour que j'avais un cancer du poumon, répandu, incurable, je me suis dit que si c'est dans la colonne des décès que conduisent la bataille et le combat contre la maladie, je ne les mènerai pas. De toute façon, je n'avais plus une once d'énergie pour me battre: je l'avais fait toute ma vie et voilà où cela m'avait menée. J'ai plutôt décidé de recourir à une solution apparemment paradoxale: guérir sans me battre.
Croire en la guérison dans ces circonstances signifiait braver les pronostics, les statistiques et le ridicule. Et la bravoure n'était pas ma caractéristique dominante. Je connaissais beaucoup mieux la terreur. Toute ma vie, j'avais eu peur. Des autres, du succès, de l'échec, de la vie. Mais finalement, il m'a paru plus facile d'affronter le monstre identifié du cancer que les fantômes anonymes que j'avais pourfendus jusque-là. Et j'ai guéri."

Guérir sans se battre, c'est aussi ce que j'ai fait. C'est lâcher prise, se laisser tomber dans le vide sans peur, laisser la Joie et l'Amour émerger et utiliser cet Amour pour guérir ses cellules malades. J'ai compris que j'étais chacune de mes cellules et que je devais leur envoyer de l'amour et non pas chercher à les détruire. J'ai compris après la colère que la peur était mon pire ennemi. J’ai acquis la certitude que l’amour est le remède de tous les maux.

Quant à combattre la maladie, voici un conseil de Jeannine de La Fontaine que vous pourriez accrocher en face de votre lit :
"Être conscient, c'est accepter de ressentir, même si cela fait mal. C'est aussi accepter de regarder une situation difficile, comme la maladie, même si cela suppose un changement radical de ses attitudes et de ses comportements. Finalement, c'est consentir à repenser sa réalité et à passer à l'action."
Bises Hanh Dao. Donnez-moi la chaleur de votre beau sourire entre deux nausées…

Mlle Citron 12/05/2014 09:44

Merci Ghislaine. Vous avez bien su résumer ma détresse actuelle... Je vais méditer ces beaux extraits. Affectueusement.

La famille "Mûre" 07/05/2014 22:59

COurage ma petite Hanh Dao. Delphine a trouvé 4 supers points positifs!
Tu sais que si tu as toujours "la gueule de bois", il ne faudra pas tarder à rendre visite aux beaux infirmiers de l'hopital.....même pour 24h, histoire de dégriser et reprendre des forces.
Accroche toi !On t'embrasse bien fort.
PS : une robe de mariée sirène, ça serait original....

Mlle Citron 12/05/2014 09:36

Merci à vous famille mûre! Pas de visite à l'hôpital cette fois ci mais pas facile de reprendre des forces malgré tout!

Delphine (des Adrets ;) )i 07/05/2014 21:56

Allez courage courage !!! Tu l'auras bientôt expédié aux oubliettes ce fichu cancer...
Tiens d'ailleurs ne serait-ce pas l'heure d'un peu de positivisme ??? Voyons voir essayons de trouver quelques points positifs à cette petite chimio...
1/ La guérison : eh oui c'est quand même le principal bénéfice non ?
2/ La robe de mariée taille XXS : ah ben oui en perdant 2kg toutes les 3 semaines je t'imagine déjà dans la robe sirène, taille 32 ;)
3/ Tu peux te faire dorloter tranquillement : oui bon mettons la culpabilité de coté, et profites-en ! Laisse toi chouchouter, un jour les rôles seront peut-être inversés.
4/ Tu as une bonne excuse pour rester au lit toute la journée ! hé oui bon les conditions ne sont pas idéales je te l'accorde mais ça te rappelle pas un peu le bon vieux temps ;) ???
Allez déjà 4 bonnes raisons de garder le moral !!!
Sur ce je te laisse te reposer un peu ;)
Bisous !

Mlle Citron 12/05/2014 09:34

Merci Delph pour ce grand positivisme! J'aime bien ton petit 2 mais je te rappelle que ma robe de mariée avait déjà été achetée et pas en taille 32 ;-). Bisous